Iseno ou Iseyes ?

Iseno_ou_Iseyes

C’est beau, mais ça va un peu
dans tous les sens !

Je regrette de devoir le dire, mais quitte à passer pour un gros prétentieux, je crois que ceux qui ont proposé des installations aussi brutales et hypothéquant l’avenir et la beauté du paysage, n’ont, malheureusement, ni le niveau culturel, ni la sensibilité nécessaire à un tel développement. Vous remarquerez que je me suis abstenu de parler d’intelligence, bien que j’en sois convaincu pour les technocrates-consultants qui arrivent à proposer de grandes boucles irréalisables, tant du point de vue de la rentabilité, des dettes occasionnées pour les générations suivantes, que pour l’impact sur la nature, notre seule matière première. Alors, si nous n’avons pas de pétrole, essayons, au moins, d’avoir des idées.

Je n’entrerai pas dans le débat d’un mariage contre nature entre des stations qui ne s’estiment, mon seul propos sera, non pas le «sauvetage» de la télécabine d’Isenau, mais de son «maintien», envers et contre tous.

L’Etat (d’ailleurs, qui c’est, l’Etat ?) impose une liaison des moyens de remontées mécaniques de la région entre eux. L’idée est certainement bonne, mais cela ne peut se faire à n’importe quel prix, avec n’importe quelle chimère. On a bien vu que deux pylônes monstrueux ne résolvaient qu’un des éléments du problème, sans répondre aux autres, donc pour moi, solution à éliminer définitivement.

Un service de navettes reliant, en continu depuis une grande place de stationnement vers la station d’épuration, répartissant les sportifs ou les touristes de passage vers les différentes destinations : Départ du Meilleret, celui d’Isenau, les départs de la navette pour le Col du Pillon et autres infrastructures villageoises. Une navette sous forme de petits trains électriques sur pneus, propre, silencieuse, dont la source d’énergie proviendrait du lieu, cohérence absolue envers un développement vert que des personnes, elles, intelligentes, ont envisagé. On «retape» l’actuelle installation d’Isenau, en faisant ce qu’il faut pour qu’elle réponde aux normes, avec peut-être une ou deux dérogations pour installation historique. Est-ce que le Blonay-Chamby répond en tous points aux normes anti-pollution ? Quelques millions devraient suffire à remettre l’installation conforme pour quelques années. Ce laps de temps permettrait d’étudier, sereinement, une future et éventuelle liaison depuis Isenau au Glacier. Ce serait tout ça de gagné. D’ci là, le nombre des skieurs aura peut-être encore drastiquement diminué et on mesurera, alors, les économies que l’on a pu faire, avec un peu de cette réflexion qui aurait dû intervenir avant d’imposer des solutions débiles, sans variantes.

Je reviens à la place de stationnement de la STEP. Celle-ci aurait l’avantage indiscutable de retenir plus longtemps les visiteurs qui ne manqueraient pas de bénéficier de la vie et des commerces du village, plutôt qu’une fois le ski terminé, de reprendre leurs véhicule pour aller dépenser ailleurs ! Le village des Diablerets vaut plus qu’un wc, mais peut montrer ses attraits en gardant les visiteurs le plus longtemps possible. Cela impliquerait naturellement une fermeture complète de la Rue de la Gare et peut-être celle des Ormonts à la circulation, afin de ne pas les engorger de véhicules «squatter». Une rue où il fait bon vivre vaut toujours mieux qu’une belle place de parc !

On ne peut pas développer cette région dans toutes les directions, forcément contradictoires, mais sachons préserver un héritage d’une telle qualité, en améliorant de façon harmonieuse ce qui doit l’être mais en préservant cette modestie, qui attire la bonne clientèle. Pour la frime, il y a beaucoup d’autres stations mieux équipées !

Un élément encore qui me paraît important est le nombre d’écoliers vaudois (dont le vieux grincheux qui écrit) venus en course d’école, qui ont emprunté les petites cabines rouges et qui les ont marqués à tout jamais. Ne reviennent-ils pas aujourd’hui avec leur progéniture ?

Alors, avant de vouloir développer notre village en se soumettant à une dictature étatique qui trop souvent ne le mérite pas, ne devrait-on pas plutôt, d’abord, développer un esprit critique et demander à ce même Etat de suivre ce que les gens du lieu désirent et surtout connaissent beaucoup mieux qu’eux. Je rappelle que ce n’est pas l’Etat qui a voulu conserver Isenau. Qu’on se le tienne pour dit.

Moi aussi, j’aime cette région et beaucoup de ceux qui y habitent, mais j’aimerais tellement y rester sans qu’elle me fasse honte par des décisions erronées !

Jean Lugrin
Les Diablerets, 10.01.2013

1 commentaire sur Iseno ou Iseyes ?

  1. Mr Lugrin, je pense comme vous. Et je conseillerai à tous ceux qui voient les Diablerets comme une grande et somptueuse station de ski, d’aller visiter nombre de stations qui paraissent belle et accueillante l’hiver, sous la neige… et un désert moche, sans charme et déserté le reste de l’année…
    Diablotins, gardez votre vallée, votre village, vos montagnes, votre accent et simplicité, vos enfants et petits enfants vous en remercierons.
    La majorité de votre clientèle vient aux Diablerets pour sa beauté, sa tranquillité et son charme…
    Si vous faites des investissements monstrueux et que le succès ne soit pas au rendez-vous, alors vous regretterez votre village d’avant et les impots « d’avant »…

Laisser un commentaire