Aventure au pays des logiques diaboliques

À vous et à moi, simple de chez simple, Il y a parfois des logiques qui sont difficiles à saisir !

On dit que l’État parle « d’investir » 600 millions de francs pour relancer l’économie touristique des Alpes vaudoises. Pour ceux qui ont l’habitude des gros chiffres, cela représente plus d’un demi-milliard de nos chers francs. C’est une somme énorme qui serait ponctionnée sur nos sorties fiscales, ne l’oublions pas. Et contrairement à une certaine jeunesse qui ne connait pas encore tout à fait la valeur de l’argent qu’il faut gagner avant de dépenser, cette somme devra être investie de manière la plus rentable possible, et non à fonds complètement perdus.

De la part d’un État qui désire compenser les effets pervers d’une initiative Weber aussi débile que débile, c’est louable. Mais, dans les beaux bureaux lausannois, ont-ils imaginé que dans ces stations mourantes de leur tourisme périclitant, à la tête des installations de remontées mécaniques, ce n’était pas le pied ? Savent-ils que l’installation phare des Ormonts ne fonctionne pas pour d’obscures raisons de maintenance en période de grande fréquentation ? Se rendent-ils compte de l’effort que l’on demande à une population d’un millier d’habitants pour financer 3.4 millions afin de créer une installation qui sera de toute façon vouée à être fermée durant la belle saison d’été pour des problèmes de rentabilité villardouille ? Alors qu’on est incapable de la faire tourner telle qu’elle est aujourd’hui…

Je ne désire pas savoir les dessous de l’histoire, car je perdrais certainement mes dernières illusions sur la nature humaine, mais il est difficilement concevable que l’on ne puisse pas gérer des travaux, soi-disant exigés par un Office des transports à câble, en périodes creuses, et non au gros du mois et demi de la saison d’été.

Non seulement, cela s’appelle une incompétence crasse, mais ce qui est beaucoup plus grave, il s’agit vraisemblablement d’un simple sabordage.

On va certainement encore trouver des « pigeons » pour financer de telles installations !

Jean Lugrin

Laisser un commentaire