Les Diablerets: l’histoire du Déluge et de Noé vécue par les enfants

Déluge, Arche de Noé bidon, ou plutôt en tissu léger, translucide autour d’une petite chapelle construite sur le roc, mais qu’est-ce qu’on veut encore nous faire croire ?

Une septantaine de bénévoles encadre une quarantaine de petits enfants pour les emmener dans une aventure extraordinaire, aventure qu’on ne peut voir à la télévision. Noé, le retour. Déluge II ou la ménagerie apprivoisée, on s’en fiche !

Il fait froid, les cascades de Creux de Champ déversent le souvenir de la crue de 2005, mais les charpentiers s’affairent autour de la «Chapelle anglaise», les enfants chantent chez Ruth. Pas l’arrière-grand-mère du roi David, mais du roi Michel. Les enfants peignent les animaux destinés à repeupler la terre (Je ne sais pas si leur truc va marcher !). Les enfants écrivent de bons mots sur l’ardoise effacée par elle encore, la pluie. L’énorme camion doit amener tout le superflu de Madame Noé dans l’Arche. Ça va pas le bocal ? Le bocal c’est pour les têtards, le reste, on s’en passera, la place est comptée sur l’Arche. On travaille pour les priorités, on pense à l’essentiel, on s’occupe des vrais problèmes, pas des petits bobos ridicules !

Je crois que l’Église tiendra sans mon pilier, mais je dois reconnaître que cet engagement total de toutes ces personnes généreuses de la région m’ont fait chaud au coeur et donne un joli signe d’espoir, et je ne parle pas des enfants. Je suis convaincu que ce weekend leur a apporté un magnifique cadeau. Cela fera sûrement avancer le Schlim, le Schmib, le Schblick, et puis zut…

Un Ronchon heureux

Photos Jean Lugrin

Laisser un commentaire